Get Adobe Flash player
Recherche par mots clefs

Extraits de presse

 

Au fin fond d’Anne-Leîla sommeille tout l’imaginaire poétique des Arabes…
La Marne

 

(…) La force du récit est d’ouvrir à des lendemains possibles (…) dans une aurore nouvelle, qui rend possible l’engendrement du jour (…)
Témoignage-Chrétien

 

L’écriture d’Anne Tiddis bouleverse et rejoint l’épique (…).
Libelle

 

Avec un écrit en « gouttes de sang », Anne Tiddis recompose les images de guerre, de conflit, de contradictions et de rébellion qui l’ont initiée à la vie en marge d’une Algérie en pleine mutation (…)
Libération, Maroc

 

La guerre vient d’éclater dans le Constantinois. Une petite fille voit surgir la violence et apprend à taire la souffrance et la peur (… )
Revue Quantara

 

Les personnages que fait surgir Anne Tiddis sont à la fois des plus réels en même temps qu’engendrés par le rêve, telle cette Mengouda, affolée du désir d’être l’épouse du vent (…) L’exil s’enroule sur lui-même, qui passe du pays perdu, qui est aussi bien celui de l’enfance, à l’être que l’on voudrait aimer, que l’on ne parvient pas à atteindre ni à retrouver, cet autre à peine approché que déjà il ne peut plus être qu’inaccessible (…)
Revue Chronique (in) actuelle.

 

On dirait qu’Anne Tiddis écrit en se bouchant les yeux et les oreilles, pour n’entendre plus que sa voix intérieure, après s’être pénétrée, imprégnée de ce dont elle parle jusqu’à ce que l’intensité de l’impression ait atteint les limites du supportable (…) Le chant d’Anne Tiddis est à la hauteur du cri désespéré des victimes. Quoi qu’il en soit, il y restera toujours l’enthousiasme de parler ou de chanter plus haut que la mort.
Denise Brahimi, Essayiste et critique.

 

Grâce à la magie des mots, Anne Tiddis, raconte le déchirement vécu d’un être partagé entre deux continents, deux civilisations qui s’opposent fratricidement. Le merveilleux dont elle pare le récit n’en rend que plus poignante la réalité(…)
Les Messagères du poème.

 

L’Algérie est présente de façon charnelle dans son imaginaire : odeurs, voix, personnages ancestraux. De cette manière, elle ne subit pas l’arrachement au pays et à son passé. Mais par contre, ce sont ses personnages qui, eux vivent de façon très douloureuse leur situation(…) Pour expliquer le lien essentiel à la terre quittée, l’auteur reprend avec tendresse les paroles d’une de ses héroïnes, Exodia, la femme de nulle part, face à Rachid l’exilé : « Toi, au moins, tu as un paysage auquel tu peux t’accrocher. » L’écriture permet ainsi à Anne Tiddis de retourner à cette terre.
Luisa Campanile, dans « La fureur de lire »

 

Anne Tiddis a un style peuplé d’images, de rêve éveillé, de frayeur et de confiance mêlées qui traduisent une petite musique des âmes au-delà des civilisations. Sans doute puise-t-elle sa source dans les premiers errements de l’humanité (…).
Bertrand Duplessis, Univers des arts.

 

 

Contacter Anne Tiddis : contact@anne-tiddis.com